Charles Pennequin et Armée Noire

Blog Armée Noire

 

 

une émission de Pénélope la MétaKronik sur Radio Vassivière !

23/02/2015 - 17:58

C'EST PAS NOUS QUI SOMMES CHIANTS !

(cliquez)
Pénélope La MétaKronik N°40 - avec Raoul Després à la programmation

la télé est mon trou du cul merci tapin2

19/02/2015 - 18:53

LA TELE EST MON TROU DU CUL

 (merci de cliquer pour voir les videos sur le site de tapin2)

 

 

 

la télé me parle je distingue les morts les mots des morts à travers la parole de la télé me disent ma mort dans les mots la télé me fait mettre la télé va me mettre en dedans la télé j'ai les morts qui trouent l'être la télé est trouée de mots la télé avale de travers tous les êtres tous les morts dans l'être dans la télé sont avalés en travers la télé pense en travers de moi elle a mes morts et les mots qui ont traversés la télé vers moi en dedans le trou de travers à penser la télé troue le trou de la fosse de mes mots qui ont creusé la télé creuse dans le trou avalé de moi-même tous les morts en dedans la parole me parle la télé elle me dit la télé pense la télé me pense de me dire la télé veut penser moi en télé je pense les morts en télé en dedans de moi la télé est dehors à penser dans mon trou du dehors la télé sort de moi-même à mon trou la télé est mon trou où sortir la télé troue dehors la télé est un trou qui découpe la télé borde le trou de nos découpes la télé est une fosse sceptique la télé est une fosse commune pour le caca mort de moi de la télé fait de ma mort la télé fait le moi la télé me fait dans la fosse commune la télé découpe ma mort dans le tout-un-chacun télé est un trou sans bord la télé est au bord la télé vous borde elle vous met le bord auprès de vous la télé vous rend plus au bord de vous même la télé est plus belle elle vous rend mort dans l'être vous rend la monnaie la télé rend les gens la monnaie de leur être cacatisés par la télé la télé me rend à mon trou elle me fait mettre en heureux trou la télé fait creuser la télé creuse en moi l'être télé l'être fait le creusé le trou de mort béant creuse dedans la télé pense la télé pense en meuglant l'être les troupeaux qui meuglent dans la merde dans le trou télé trou d'être de télé de trou de fosse et troupeaux morts dans de l'être qui pense en trou de la télé vous pense elle pense la télé de votre trou de cul la télé vous rend muet la télé fait de moi la télé l'être télé fait un trou et creuse la télé pour trouver ses morts qu'on a dedans et dont on n'a plus de nouvelles depuis la naissance de la télé

la télé est mon trou du cul il pense vous vous pensez dedans dehors vous vous voyez vous voyez la télé dans votre trou du cul vous entendez les émissions le millionnaire est un jeu de la française des trous de culs qui jouent de la télé vous voyez vous voulez être le champion du monde de question pour un champion vous avez votre poste ouvert on rentre à ton cul les informations pour la télé rentre dans ton cul toutes les informations pour que ça pense en trou du cul la météo des plages le juste prix dans l'anus tu te promènes avec ton anus tu regardes l'anus il te suit partout tu ne loupes pas une miette de ton cul tu te suis dans la cour avec l'anus en question pour un champion qui te poursuit tu regardes l'émission de ton trou télé tu te cherches télé tu te vois le champion du monde tu vois ton nom au générique tu te suis tu es dans ton cul à te suivre

tu allumes la télé tu vas jouer un téléviseur à jouer la télé tu joues à perdu c'est gagner tu gagnes en toi le perdu le téléviseur te troue de questions tu es troué jusqu'à toi même jusqu'au trou de toi tu gagnes le bord de toi le téléviseur gagne le trou tu es le troué de la semaine la télévison fait de toi le troué l'être le plus troué fait de l'être un troué de lui-même la télé fait de lui un autre en dedans de son trou la télé fait son autre son être fait le même en plus autre que lui-même la télé fait un être en un trou ou un être un seul trou la télé faite d'un trou où un être s'est perdu

ON S'ETEINT ON S'ALLUME !!!

(texte de la fin de Dedans, Al Dante, 1999)

click! click! click! click! click!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vlc-record-2015-02-19-15h30m23s-VTS 02 1.VOB- from TAPIN2 on Vimeo.

je mange des cacahuètes

30/12/2014 - 17:48

pour parler pour parler pour parler pour parler pour parler pour parler poaur paorller poru parlre poru praler prou praler proeu rparle porue poruel poruerl pourerlj pourela parleru paour pourarl lpaorue pouar paorul poaurl ler plera pouarl paorul leruar pourarm poerou parlue pporaor paoru proaur orler poure peral mapr poaru maporu pauour poaur paoular proour pareler ...

Tous les matins (... l'armée noire, extrait)

Armée noire à Bruxelles ici un extrait des lectures qui se sont déroulées lors du Sang Neuf au Ateliers Claus, le 19 décembre 2014.

bouture à l’étouffé

19/12/2014 - 17:20

Son crâne moche est constamment recouvert de la même gueule de merde. Il ressemble à un ongle. Quand on tire sur le duvet de joue, ses yeux délivrent une vapeur de connerie en diagonale. Ses mains sont ornées d’une baguette de pain qu’il mangera sans doute à la manière des grosses crevures.Il est tout emboîté dans l’air avec les pieds collés au sol comme la plupart des fascistes. Il débarque dans les salles de convivialité avec ses knackis de l’incruste et dans ses doigts qui ressemblent à des bâtonnets de merde il agite la baguette de pain la plus nulle à chier qu’on puisse acquérir. Au-dessus de sa gueule de merde il fait pousser tout un tas de cheveux de merde. C’est un type totalement encastré. CHAQUE bout de ses knackis ressemble à un anus moisi.

Une fois qu’il t’a bien déversé son visage, il découpe des feuilles de pain de gros radin, des feuilles pleines d’alvéoles comme par hasard de la même forme que ses narines. Sans te ménager d’aucune façon, il farfouille dans les plantes vertes chais pas quoi pour chourave une bouture de crevard avec sa gueule de multiplication végétative.

Un jour je l’ai vu nager de façon tellement niaise franchement. Il a probablement un maillot de bain en lycra probablement comme Alain Madelin. Je suis désolée mais quand il téléphone ça provoque vraiment des sonneries de nazi sur mon portable. Ça donne envie de faire des boutures de lui pour les gicler sur l’autoroute. Il représente à mes yeux le gaz. La vérité c’est qu’il est plein de gaz. C’est un gaz. Sans mauvaise foi, c’est un authentique gaz de bite.

UNE IDÉE

19/12/2014 - 00:00

Comment faire ? Comment faire pour exister et faire coexister au-dedans de moi tant de forces contraires qui déchirent/concassent/broient/annulent et annihilent la petite personne que je suis – ou que je prétends être – ou que je crois être – ou qu’il m’a été donné d’être sous la contrainte – presque malgré moi. Des forces contraires surchargées d’une tension électrique qui me grignotent petit à petit. Lentement. Sûrement. Qui me bouloteront ainsi jusqu’au trognon. Jusqu’à la couenne. Jusqu’à l’os. Jusqu’à la moelle. Jusqu’à la poussière. Jusqu’aux cendres. Jusqu’à plus rien. Plus rien. Qu’il ne reste plus rien – de moi de nous de vous de tout le monde. Qu’il ne reste rien. Ce sera mieux ainsi. Le plus rien plutôt que le trop plein.

le réel à plein nez

09/11/2014 - 17:27

Je suis ni de gauche ni de droite. Je suis du fond. Il n'y a pas de gauche. Il n'y a pas de droite. La droite et la gauche ça n’existe pas au fond. Le fond du réel n’est ni de droite ni de gauche. Le fond du fond du réel. C’est une cave. Le fond du fond c’est la cave ou la grotte. C’est réel. Le noir de la grotte. Le noir de la cave. C’est très réel et la gauche ou la droite n’y viennent pas. Je n’ai jamais vu ni la gauche ni la droite venir dans le fond du réel. Ou alors pour nous déloger. Nous montrer la lumière. On ne montre pas la lumière. C’est ancestral. C’est noir. Reculé. Ça remue rien. C’est cadavre. Ça craint. Les cavistes craignent. Ils puent. Ça pue le quelque chose qui repousse l’ouverture. On n’en veut pas de votre ouverture à gauche ou à droite. On veut plonger. On reste dans du plomb. On a la gueule enfoncée. On n’en veut pas de vos loupiotes. Vos spots. vos speechs et vos stats. On n’en veut pas de vos séparations. On n’est pas séparés. On est un fond sans séparation. On creuse. On vous emmerde. On n’a pas besoin d’ampoules. On n’a pas besoin de mystères. On se fout du cynisme. On s’en branle des bonnes blagues. On fonce dans le tas. On est un tas. Un gros tas de merde. Un seau de fientes dans vos gueules lumineuses, vos visages d’arrivés, vos tronches ouvertes au dialogue. La parité. Le blabla électoral. Le blabla des idées. Le blabla social. Culturel. Le blabla des écritures aussi. Des fictions. Des romans pourris et des félicitations. Des montages en grade. On n’a pas de grades. On est dégradés. On est déchus de nos droits. On n’en veut pas de nos droits. On veut la tôle. Cogner des tôles. S’enrôler dans la mouise. Et retourner dans la crasse. Y a rien qui pousse. Y a rien qui jaillit. Tout vous dit merde. La nature vous dit merde. Les enfants vous disent merde. Les étoiles vous disent merde. L’univers vous chie dessus, à gauche comme à droite.

 

Le fond cosmique

Le fond du réel est cosmique

Il rit

Le réel est cosmique

Ça fait que de rire

Le fond pouffe

C’est du réel

Le fond te pouffe à plein

En pleine poire le fond

En pleine tronche le fond cosmique te rit à plein nez

 

 

 

cogner. je cogne. je prends la cogne. cogner je prends. c’est pour moi. c’est ma tournée. j’ai mon compte. je me cogne. cognard. sale cogne. vilaine cognasse. on croise que ça en ce moment. des cogneurs et des cognettes. des qui s’en cogne. vilaines cognures. moi aussi j’ai les cogne en ce moment. j’ai mon petit coin de cogne. je sais où ça cognais. je cognais tout. j’ai toute la cognaissance pour moi. des amis cognes. des icôgnes. des gens cognus . des cons aussi, d’hypokhôgne. « cognât toi toi-même ». au moindre mot j’encogne. ça sort blanc. ça rougit. c’est noir. langagement. cogner la langue. l’autre langue. toutes les langues cognent. tous les langages à se cogner. ne plus l’ouvrir mais cogner. dans la bouche. la voix. cogner l’air. s’étouffer. poing dans la gueule. rentrer le poing et boucher la parole. cogner ce qui travaille. s’imprime. cogner les nerfs. la pensée avec un gros nez. cogner la vie. cogner à mort. 

 

Syndiquer le contenu